Le littoral sableux entre Bastia et Solenzara

Cette partie de la côte, qui est également appelée Plaine orientale, tranche avec la morphologie montagneuse de l’île. Cette zone relativement déprimée est décomposée de trois grands ensembles :

  • la plaine de Bastia située au nord du Golo qui est formée par les alluvions de ce fleuve. Elle semble correspondre à un compartiment affaissé durant l’ère quaternaire par des phénomènes néotectoniques récents. Les épandages du Golo, repris par les courants marins et la houle , ont créé une flèche littorale longue de 12 km, le lido de la Marana, qui a isolé le grand étang de Biguglia. Au sud du Golo, l’arrière-côte est plutôt formée par des glacis d’alluvions ou d’éboulis de pente, entaillés par les torrents.
  • la zone de piémont qui va du Fium’Alto à l’Alésani dont la zone proprement littorale est réduite à quelques centaines de mètres de largeur.
  • la plaine d’Aléria qui s’étend du sud de l’Alésani jusqu’à la petite plaine du Travo. C’est un vaste triangle miocène dont les formations sont souvent masquées par quelques dépôts pliocènes, mais surtout par des terrasses quaternaires plus ou moins anciennes. Cette plaine comporte une série de dépressions occupées par des étangs (Diane, Urbino, Palu…) isolés de la mer par des bourrelets sableux.